L’amère victoire de l’ancien maire

Si, le 21 septembre 2020, le tribunal administratif de Lyon ( voir le jugement) a donné raison à M. Nodet, en annulant l’élection de M. Jérôme Baudot sur des critères législatifs, cassant par conséquent l’élection du nouveau maire et de ses adjoints, il ne l’a heureusement, pas suivi dans sa demande de remplacer M. Baudot par Mme Mouna Rafi-Nodet, son épouse, qui n’avait pas obtenu le nombre de voix nécessaires pour être élue au premier tour du scrutin de mars 2020.
Ce qui est assez surprenant, c’est que la convention pour le déneigement contractée par le GAEC, dont M. Baudot est cogérant, cause de l’annulation de l’élection, existait depuis 2005, et avait été renouvelée deux fois par l’ancien maire lui-même lors de ses deux derniers mandats. M. Nodet n’avait pourtant jamais trouvé à redire, à l’époque, à cette situation. M. Baudot a d’ailleurs été réélu en 2008 et 2014 alors que cette convention était en cours.

Très déçus de cette décision, un recours a été déposé au Conseil d’État le 16 octobre 2020. Le score de M. Baudot au premier tour des élections de mars 2020 (76,53 %) pour une participation de 89,29 % traduit bien l’estime que les habitants lui portent.

Cette décision va compliquer un peu plus la gestion de la commune étant donné que nous avons découvert à notre arrivée une situation très complexe.
D’une part des facturations d’eau non effectuées depuis 2016 alors que M. Nodet assurait, dans Le Progrès (édition Bugey du 25 septembre 2019), que tout serait réglé avant sa fin de mandat. Nous avons également eu la surprise d’apprendre, de la Sous-Préfecture, que nous avions un rappel de 31 170 euros à payer à l’Agence de l’eau., rappel dû au non-paiement de cette redevance pour 2018. La facture initiale qui s’élevait à environ 8000 euros est passée à 31 170 euros du fait des nombreuses pénalités (10 à 40 %) appliquées à cause du retard de paiement malgré les nombreuses lettres de mise en demeure retrouvées en mairie. Nous n’insisterons pas sur les formalités légales non effectuées par l’ancien exécutif lors du « passage de pouvoir » qui n’a, en fait, pas eu lieu (recollement des archives, inventaire, état civil 2019 non clos…).

Tout ceci ne contribue malheureusement pas à ramener un peu d’apaisement dans notre village comme nous nous en étions engagé lors de l’élection de mars dernier.

Notre souhait, pour l’avenir est d’assainir au plus vite la gestion de la commune, d’oublier ces turpitudes et de relancer avec, nous l’espérons, le soutien de la majorité des habitants d’Innimond, une nouvelle dynamique à notre village .

Le Conseil municipal d’Innimond

Une réflexion sur « L’amère victoire de l’ancien maire »

Les commentaires sont fermés.